Améliorer votre santé financière c'est possible.

Planifier sa retraite sans trop se fatiguer.

Septembre approche, crayons, cartables et boîtes à lunch doivent être prêts pour la rentrée scolaire. Ils seront près de 1 750 000 élèves cette année à vivre cette expérience mais pour d’autres, cette année, c’est plutôt la sortie qui les attend. Je parle ici de la sortie du marché du travail qui concerne environ 600 000 travailleurs. Ces personnes ont entre 60 et 65 ans et seront bientôt prêts à prendre leur retraite ou du moins elles y songent sérieusement. 

Dans les deux cas, la préparation et les finances feront une grande différence. Pour les élèves, il faut préparer la liste et s’assurer que le budget pour les fournitures scolaires soit suffisant. Pour les futurs retraités, il faut aussi préparer une liste de ce que nous aimerions vivre comme retraite mais surtout faire en sorte que les placements soient au rendez-vous. Avec la probabilité d’une espérance de vie à 94 ans pour les hommes et 95 ans pour les femmes, on parle de près de 30 ans à vivre sans revenus. Ouf! 

Bien planifier égale succès.

Heureusement (ou malheureusement si vous êtes déjà déjà dans la cinquantaine…), la retraite se prépare de nombreuses années d’avance. Pour parvenir à sa retraite sans trop se fatiguer, il existe différentes étapes dont la première consiste à établir les sources de revenus sur lesquelles vous pourrez compter lorsque vous cesserez de travailler : fonds de pension de l’employeur, régimes étatiques (RRQ et PSV), vos REER, Celi, etc. Fait important à noter, les rentes de la RRQ et de la PSV peuvent vous en donner plus si vous retardez l’âge de votre retraite. 

L’autre étape consiste à établir vos besoins. Une retraite active avec voyages, sports et culture nécessitera définitivement plus de revenus qu’une retraite paisible en campagne. On estime qu’une fois à la retraite nous aurons besoin d’environ 70% de nos revenus bruts moyens des trois dernières années de travail. Évidemment, difficile de savoir quel sera notre salaire à l’âge de 65 ans si vous en avez 40 aujourd’hui mais vous pouvez faire un exercice de projection en vous basant sur les salaires dans votre industrie. 

La troisième étape consiste à établir combien vous avez besoin d’épargner pour y arriver. Il existe différentes calculatrices financières sur internet qui permettent de faire ces prévisions. Il suffit de préciser les objectifs d’épargne, d’inclure le taux d’inflation et le rendement nécessaire de vos placements et c’est fait. Encore là, il s’agit d’un exercice de projection. Avec les fluctuations de la bourse et l’inflation qui augmente, difficile ces temps-ci de prédire le futur mais pensez qu’à long terme tout se stabilise et, surtout, restez conservateur dans vos prévisions. 

Pour cette dernière étape, les mots clés à retenir sont : prélèvements automatiques. Car une fois le montant établi pour une retraite à notre goût, on passe à l’action et on démarre l’épargne. À noter que faire appel à un conseiller en placement peut aussi être un atout dans votre planification. Quoi qu’il en soit, l’important est d’avoir un plan qu'on pourra ajuster de temps à autre selon les aléas de la vie.


Bonne épargne!


Christian Bavota 


Liens utiles :

  1. Calculatrice financière -ici-
  2. Fréquentation scolaire au Québec - ici-
  3. Les aînés du Québec -ici-
  4. Espéranc de vie : INSPQ et IQPF
  5. Retraite Québec -ici-

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés